10 mars 2018, 9 h 30 – 11 h 30 et 13 h 30 – 15 h 30 (11 h 30 – 13 h 30: eucharistie et pique-nique)

Lecture approfondie de quelques textes de Dignitas personae, pour connaître les sources bibliques et anthropologiques de la doctrine sociale de l’Église en bioéthique (4 h)

« La liberté se renie elle-même, elle se détruit et se prépare à l’élimination de l’autre quand elle ne reconnaît plus et ne respecte plus son lien constitutif avec la vérité. […] La personne finit par prendre pour unique et indiscutable critère de ses propres choix non plus la vérité sur le bien et le mal, mais seulement son opinion subjective et changeante ou même ses intérêts égoïstes et ses caprices. Avec cette conception de la liberté, la vie en société est profondément altérée […], la vie sociale s’aventure dans les sables mouvants d’un relativisme absolu. Alors, tout est matière à convention, tout est négociable, même le premier des droits fondamentaux, le droit à la vie » (Jean-Paul II, Evangelium vitae [19-20]).

De quel droit l’Église parle-t-elle encore ainsi ? Comment l’Église défend-elle la dignité de la personne ? Approche et lecture du document Dignitas personae – la dignité de la personne.

NB. On peut se procurer l’instruction de la Congrégation pour la doctrine de la foi Dignitas personae du 8 décembre 2008 ci-après en format Word.

Mgr Noël Simard

Dignitas personae